Le patrimoine mondial et la réserve de biosphère sont deux choses différentes. Le patrimoine mondial de l’humanité est basé sur la «Convention internationale pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel», alors que la réserve de biosphère est basée sur le «Programme sur l’homme et la biosphère» (MAB).

Patrimoine mondial

L’UNESCO s’est fixé pour but de conserver les biens culturels et naturels du monde entier ayant une valeur universelle exceptionnelle. La Convention internationale du 23 novembre 1972 pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel représente l’instrument international le plus important adopté par la communauté des nations pour la protection de son patrimoine culturel et naturel.

La liste de l’UNESCO des biens inscrits au patrimoine mondial de l’humanité comprend 981 sites dans 160 pays. Parmi ceux-ci, 759 sont des biens culturels et 193 des biens naturels. Et 29 sites supplémentaires sont à la fois des biens culturels et des biens naturels. Par ailleurs, il existe toute une série de sites plurinationaux comme le Monte San Giorgio, qui est un patrimoine mondial commun de la Suisse et de l’Italie.

Biens culturels

Les sites actuellement inscrits au patrimoine mondial de l’humanité comprennent des monuments, des ensembles construits, des sites archéologiques, des monuments de l’histoire de la technique, des sites industriels et des lieux de mémoire importants de l’histoire de l’humanité.

Biens naturels

Les sites naturels comprennent des écosystèmes importants, des témoins de l’histoire de l’évolution, des paradis naturels et des réserves d’animaux ou de plantes menacés d’extinction. La liste des sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité comprend actuellement 174 sites naturels.

Proposition d’inscription en série

Une proposition d’inscription en série est une proposition d’inscription comprenant deux ou plusieurs zones non reliées physiquement. Une proposition d’inscription unique au patrimoine mondial peut contenir une série de biens culturels et/ou naturels à des emplacements géographiques différents, à condition qu’ils soient reliés parce qu’ils appartiennent (i) au même groupe historico-culturel, (ii) au même type de bien caractéristique de la zone géographique ou (iii) à la même formation géologique, géomorphologique, à la même province biogéographique, ou au même type d’écosystème. Les «sites palafittes préhistoriques autour des Alpes» font notamment partie de cette catégorie.

Réserve de biosphère de l’UNESCO

Les réserves de biosphère doivent être des régions modèle pour la recherche et la démonstration d’approches visant la protection et le développement durable à l’échelle régionale. Le concept de réserve de la biosphère soulève l’une des questions les plus importantes auxquelles le monde doit aujourd’hui répondre : comment pouvons-nous accorder harmonieusement la protection de la biodiversité, le développement économique et social, et la conservation de valeurs culturelles ?

Conformément aux exigences de l’UNESCO et aux critères de la Suisse, chaque réserve de biosphère doit être subdivisée, en fonction de l’activité humaine, en zone centrale, zone tampon de gestion écologique et zone de développement durable des ressources, et disposer d’une gestion de la biosphère.

Le «Programme sur l’homme et la biosphère» (MAB)

Le Programme MAB est un programme de recherche et de formation interdisciplinaire de l’UNESCO. A travers les sciences naturelles et les sciences sociales, il vise à développer une base destinée à permettre une exploitation raisonnable et la conservation des ressources de la biosphère ainsi qu’une amélioration des relations globales entre l’homme et l’environnement.

Lancé au début des années 1970, le programme MAB propose un agenda de recherche interdisciplinaire et encourage le développement des capacités dans le but de réduire la perte de biodiversité et d’en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques. Son réseau mondial de réserves de biosphère comprend actuellement 621 sites dans 117 pays à travers le monde.

 

Vous trouverez des informations complémentaires sur le patrimoine mondial de l’humanité et la réserve de biosphère sur le site de la Commission suisse pour l’UNESCO  ou directement sur le site de l’UNESCO.