Les autorités

Les autorités de la Confédération pour la protection du patrimoine et de la nature sont l'Office fédéral de la culture (OFC) et l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) pour l’accompagnement et le soutien scientifique aux sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité. La Commission suisse pour l’UNESCO (CSU) coordonne, en Suisse, tous les acteurs impliqués, communique les sites dans leur ensemble et sensibilise le public à la valeur du patrimoine mondial de l’humanité. La section UNESCO du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) est responsable des relations institutionnelles à l’échelle internationale. La Délégation permanente de la Suisse auprès de l’UNESCO, à Paris, assure les relations diplomatiques avec les organes de l’UNESCO. Sur place, les gérants des sites assurent la conservation et la promotion des sites culturels et naturels du patrimoine mondial de l’humanité, avec la participation des responsables économiques, culturels, politiques et touristiques, et d’entente avec la population locale.

Inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité

Avec la signature de la Convention de l’UNESCO, les Etats signataires reconnaissent l’engagement international de protéger les sites situés à l’intérieur de leurs frontières et de les conserver pour les générations à venir. Les autres Etats signataires contribuent, dans la mesure de leurs moyens, à la protection de ces sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité.

Dans le cadre de la sélection des sites naturels ou culturels à inscrire sur la liste de l’UNESCO, le premier pas consiste à identifier des sites potentiels. Cela est réalisé au moyen des listes indicatives (tentative lists) établies par les Etats signataires. Il incombe à chaque Etat signataire de mettre en évidence et de définir les sites se trouvant sur son territoire qu’il juge adéquats pour une inscription sur la liste de l’UNESCO. Ce n’est que sur proposition d’un Etat signataire qu’un bien culturel ou naturel peut être inscrit sur la liste de l’UNESCO. L’inscription sur la liste requiert l’approbation du gouvernement concerné. La Suisse a décidé de ne plus désigner de nouveaux candidats jusqu’en 2018.

La décision relative à l’inscription d’un site sur la liste de l’UNESCO est prise par le Comité du patrimoine mondial de l’humanité. Il est assisté dans cette tâche par trois organes de conseil, à savoir le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (Centre de Rome), et l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN).

Dans le cadre de la sélection, le Comité se base sur les critères fixés dans la Convention. Le critère le plus important est la valeur universelle exceptionnelle d’un bien culturel ou naturel. Les critères sont définis de manière détaillée dans les Directives opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel. Les principaux critères sont le caractère unique, l’authenticité (historique) et l’intégrité du site.