Un océan de souvenirs

Montagnes de forme pyramidale, bras du lac d’un bleu profond et villages pittoresques: la beauté du paysage autour du Monte San Giorgio mériterait à elle seule le label «Patrimoine naturel de l’UNESCO». Mais ce sont les trésors cachés souterrain qui le rendent unique en son genre avec ses gisements de fossiles vieux de 240 millions d’années. A cette époque, les roches du Monte San Giorgio formaient un lagon sous un climat subtropical. Le musée consacré aux fossiles donne aujourd’hui un aperçu de ce monde mystérieux. Patrimoine naturel depuis 2003 (2010 extension).

Qui travaille dans les coulisses du Monte San Giorgio? (italien)



Histoire

En remontant l’histoire de leur évolution, nous trouvons des formes originelles qui peuvent être comparées aux fossiles d’autres régions. Les plus récentes recherches partent de l’hypothèse que les premiers organismes marins du Trias sont apparus dans la province de Guizhou, dans le sud de la Chine. En comparants les fossiles de vertébrés qui y ont été découverts à ceux mis au jour au Tibet, en Iran ou en Turquie, on peut admettre que de tels organismes sont partis de ce qui est aujourd’hui la Chine, qu’ils ont migré vers l’ouest au gré des courants marins, et qu’ils sont arrivées dans la lagune qui deviendra le Monte San Giorgio. Alors que les riches gisements de Guizhou ont, jusqu’ici révélé une diversité de poissons et de reptiles marins plutôt restreinte, les strates du Monte San Giorgio témoignent d’une véritable explosion de formes de vie.

Le saviez-vous?

• Le plus petit fossile préparé par les paléontologues du Monte San Giorgio est une spore de plante mesurant 0,03 mm de diamètre.
• Imaginez la vie des animaux qui ont peuplé le bassin maritime subtropical de la zone du Monte San Giorgio il y a 240 millions d’années.

  • Carte

    auf Karte zeigen

    Mendrisiotto e basso Ceresio